Sans-titre---2

Célèbre pour ses Créations baroques, pleines de fantaisie, qui flirtent avec le surréalisme, l’excentricité anglaise, entre Jean Cocteau et Cecil Beaton, Vincent Darré est un personnage à part dans le monde de la décoration. Par ses origines tout d’abord: il vient de la mode où il a travaillé successivement chez Yves Saint Laurent, Montana, Prada, Fendi, Chloé, Moschino, Ungaro… Une carrière qu’il quitte en 2008 pour se consa- crer à la création de meubles et d’objets décoratifs.

 

Dans un ravissant écrin rue du Mont-Thabor à Paris, il commence par présenter une collection baptisée Ossobucco composée de chaises au dossier en vertèbres et de tables aux pieds en forme de fémur. Suivra la collection À l’eau Dalí, avec des appliques Octopus et une coiffeuse Hippocampe! Il y aura ensuite la collection Cadavres exquis… À rebours du design contemporain dont on vante l’élégante sobriété, Vincent Darré cultive la poésie, l’humour, la féerie, le clin d’œil. À part donc pour sa créativité. À part enfin pour sa personnalité: dandy à la gaieté communicative, figure de la nuit parisienne où il est toujours prêt à faire une cabriole en compagnie de son âme sœur, Arielle Dombasle, Vincent Darré n’a pas le profil du designer pétri de son importance, ce qui le rend éminemment sympathique.

 

Aujourd’hui, il tourne encore une page. Il a fermé la rue du Mont-Thabor, trop petit boudoir pour son nouveau projet: recréer un salon parisien au premier étage d’un immeuble à deux pas de la Concorde, un grand espace dans lequel il va pouvoir recevoir amis et clients au milieu de ses créations, de meubles anciens et de pièces de designers choisis. Et pour commencer cette aventure l’esprit totalement vierge, il se sépare de tout ce que contenait son appartement qui fut pendant des années son laboratoire. “Nous avons tous trois vies, moi, j’en suis à ma cinquième! C’est de Karl Lagerfeld que me vient cette pensée. Je l’ai vu changer de maisons comme de vêtements avec tellement de facilité. J’étais admiratif. À présent, c’est mon tour.”

 

Pour ceux qui ne connaissent pas encore l’univers de Vincent Darré, la maison Piasa qui s’occupe de la vente aux enchères, va recréer le cadre dans lequel il a vécu. Un cabinet de curiosités théâtral et ludique, qui fera comprendre l’immense talent de ce designer atypique.

 

Vente le 23 novembre à 19 h 30 exposition du 19 au 23 novembre www.piasa.fr